VOLTE FACE

volte-face

  • Le résumé de Daniel Telliez : Grand avocat de la défense, Mickey Haller est bien surpris lorsque le procureur du comté de Los Angeles le prie un jour de plaider pour l’accusation. Et l’affaire n’est pas des moindres. Incarcéré depuis vingt-quatre ans pour le meurtre d’une fillette, Jason Jessup vient d’être libéré sous caution, le tribunal ayant conclu à la nécessité d’une révision de son procès suite à un test ADN qui semble l’innocenter. Haller est sûr que Jessup est coupable et prend Harry Bosch comme enquêteur et son ex-épouse, Maggie McPherson, comme assistante. En face de lui, l’avocat Clive Royce, dit «l’astucieux, » et des médias tout excités par ce procès : quoi de plus sensationnel qu’un tueur innocenté par son ADN ?
    À ceci près que Jason Jessup, qui parade devant les médias le jour, se livre à d’étranges activités la nuit.
  • L’auteur : Michael Connelly est né à Philadelphie en 1956. Il travaille comme journaliste à Daytona Beach et Fort Lauderdale (Floride).En 1986, il est le co-auteur d’un article sur les rescapés d’un crash d’avion, qui figure parmi les finalistes pour le Prix Pulitzer, ce qui lui permet de devenir chroniqueur judiciaire pour le Los Angeles Times. Ses reportages sur les émeutes de Los Angeles en 1992 sont également remarqués et reçoivent le Prix Pulitzer (qu’il partage avec d’autres journalistes associés à ses reportages).Il se lance dans la carrière d’écrivain en 1992 avec « Les Égouts de Los Angeles », son premier polar, où l’on découvre le personnage de Harry Bosch, inspecteur du LAPD (Los Angeles Police Department), le héros récurrent de la plupart des romans suivants. Il reçoit pour ce livre le prix Edgar du meilleur premier roman policier. Il abandonne le journalisme en 1994. Il écrit par la suite environ un roman par an, en obtenant régulièrement un succès en librairie. Son roman « Le Poète » reçoit le prix Mystère en 1998 et « Créances de sang » le grand prix de la littérature policière.Parmi les romans ne mettant pas en scène Harry Bosch, « Créance de sang » est adapté au cinéma en 2002 par Clint Eastwood, qui y incarne Terry McCaleb, un ex-agent du FBI. Dans son roman « La Défense Lincoln », il aborde le roman procédural qui lui permet d’utiliser son expérience passée de chroniqueur judiciaire. Ce livre est également adapté au cinéma en 2011, dans un film du même nom avec Matthew McConaughey dans le rôle d’un avocat.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Excellent ! On se retrouve au milieu d’une enquête vue du côté d’un procureur très intéressant, car on apprend plein de choses sur le fonctionnement de la justice américaine.
    L’intrigue met en haleine jusqu’au bout et on ne s’attend pas au rebondissement final. Si vous souhaitez connaitre tous les méandres de la justice américaine et voir jusqu’où les avocats peuvent pousser le vice, ce polar est fait pour vous ! Beaucoup de suspense dans ce roman qui entremêle habilement les coups d théâtre d’un polar riche en émotion avec ceux d’un procès dans lequel tout ne semble qu’habiles manipulations de l’accusation et de la défense.La justice peine à être rendue car elle dépend complètement de l’habileté des avocats en présence. Du grand CONNELY ! J’ai adoré !
Publicités

Nuage de cendre

nuage-de-cendre

  • Le résumé de Daniel Telliez : À la fin du XVIIIe siècle l’Islande connait une terrible famine, à la suite de changements climatiques, en 1783, des éruptions volcaniques apocalyptiques recouvrent le territoire de cendre et détruisent les récoltes. C’est sur cette toile de fond que deux représentants de l’autorité coloniale danoise vont s’affronter dans un conflit que devra juger l’assemblée populaire traditionnelle. À partir d’un fait divers historique, l’auteur construit une ambiance et des personnages fascinants. La rivalité des deux hommes va se cristalliser autour de deux personnages, Sunnefa et son frère Jon, coupables d’inceste et victimes de la société traditionnelle luthérienne. Le Choeur varié qui commente la tragédie permet une grande diversité de points de vue, voix, lettres et journaux des protagonistes font lentement progresser le mystère autour du crime central. Comme toujours dans les romans de Cooper la nature est un personnage à part entière, les glaciers, les déserts et les torrents intensifient les sentiments et les haines qui se développent ici.
  • L’auteur : Dominic Cooper est un écrivain écossais né dans la région d’Argyll, et il y réside encore aujourd’hui.Il est l’auteur de trois romans accueillis favorablement par le public et la critique. Le Cœur de l’hiver, son premier ouvrage, est publié en 1975 et reçoit le Somerset Maugham Award, prestigieuse distinction littéraire britannique. Son deuxième livre, Sunrise, est publié en 1976, suivit de Men at Axlir en 1978.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Autant le dire tout de suite, j’ai du m’accrocher à ce roman, un brin perdu dans un récit qui sans être confus est pour le moins touffu. Le roman ne comportent que 236 pages mais je ne suis parvenu à le lire qu’à petite dose tant l’atmosphère est pesante et étouffante.Le récit se déroule sur plusieurs années, au cours desquelles le frère et la sœur vont être séparés, en attente d’un jugement, risquant la peine de mort.  Le récit va dès lors croiser les points de vue. A partir d’un fait divers, Dominic Cooper essaie d’imaginer ce qui a pu motiver les protagonistes ainsi que la réaction des habitants. Reste l’écriture magistrale de Dominic Cooper qui fait que ce livre vaut quand même le détour, même si sa lecture n’est pas toujours de tout repos. Si vous aimez les romans sur les secrets de famille, les rancunes et vengeances et que vous aimez vous perdre dans les recoins glacés de l’Islande, ce livre vous intéressera, même si vous souffrez un peu devant tant de noms imprononçables.

Last call

last-call

  • Le résumé de Daniel Telliez : Il entre chez ses victimes sans effraction. À croire qu’elles lui ouvrent la porte avec un sourire et lui offrent un café avant de finir le crâne défoncé, le visage mutilé, un téléphone à la main. À qui font-elles suffisamment confiance pour oublier les verrous, les digicodes et les caméras de sécurité, sinon à un maître des faux-semblants ? L’inspecteur Joe Lucchesi, du département de la police de New York, est chargé de diriger l’enquête. Mais cette affaire ravive chez lui des blessures encore béantes : une fois, déjà, il a permis à un monstre de s’introduire dans son intimité, de meurtrir sa femme et son fils. Face au Visiteur, comme la presse surnomme le tueur qui terrifie les New-Yorkais, Joe Lucchesi n’a pas le droit de baisser la garde.
  • L’auteur : Diplômée en journalisme, Alex Barclay (de son vrai nom « Yve Williams ») a démarré sa carrière dans le monde de la mode et de la beauté.Elle a également exercé le métier de copywriter dans les plus grands studios de création avant d’écrire son premier roman, Darkhouse, best-seller international. Elle vit aujourd’hui dans la région de Dublin.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Last Call est la suite des aventures de Joe Lucchesi après le premier livre Darkhouse. La famille Lucchesi est revenu à New York meurtris par les événements ayant eu lieu en Irlande. L’inspecteur va devoir enquêter sur un tueur en série particulièrement violent qui mutile le visage de ces victimes avant de les achever. « A qui passeriez-vous votre dernier coup de fil ? »
    La couverture et le résumé étaient plein de promesses… malheureusement pas tenues lors de la lecture. Je n’ai pas accroché plus que ça à cette intrigue. Cela reste un thriller entendu, sans rien d’original et qui ne sort pas du lot. Bref, un polar qui ne restera pas dans mes annales, un souvenir déjà lointain…

PING PONG

ping-pong

  • Le résumé de Daniel Telliez : Existe-t-il un lien entre un tampax qui attend don heure au fond d’une boîte, un névrosé en proie à des convulsions meurtrières lorsque sa voisine se méprend sur la paternité du célébrissime Kind of Blue de Miles , ou encore un sans-papiers congolais qui fonce vers la mort, des diams plein les poches? A priori, non. Mais ce serait sans compter avec l’imagination de Marc Viallard et de Jean-Bernard Pouy, qui conjuguent leur verve et leur talent dans ce recueil où les textes s’enchaînent selon le principe du « cadavre exquis ». Réuni pour la première fois dans un livre, le duo nous conte la violence et le tragique de ce monde à coups d’ironie grinçante et d’humour décapant.
  • Les auteurs :

Marc Villard a plus d’une corde à son arc: en plus d’être écrivain, il est également concepteur graphique, scénariste et dialoguiste pour le cinéma et la télévision. Il débute en littérature en 1971 avec un recueil de poèmes intitulé « L’ Amer ». Il anime par la suite plusieurs revues avec des amis poètes comme Darnaudet, Messac et Labarrière. En 1981, il publie alternativement un roman noir, « Légitime démence », un premier recueil de nouvelles, « Nés pour perdre » et un scénario, « Neige ». Il va s’affirmer comme l’un des meilleurs nouvellistes de sa génération avec trois cents nouvelles écrites. Après plusieurs textes remarqués par leur noirceur, il entre à la « Série noire » en 1984 avec « Ballon mort ». Il a collaboré pendant dix ans au Monde de la musique et a écrit des films pour Cyril Collard, Brigitte Roüan et Juliet Berto. Dans ses nouvelles, ses héros sont presque toujours des victimes de la société qui finissent tragiquement. Depuis plusieurs années, il propose des lectures de ses textes accompagné par des musiciens de jazz: Pierrick Pedron, Eric Le Cardinal, Bernard Lubat, Dominique Delahaye.

Auteur incontournable du roman noir français, inventif et prolifique, Jean-Bernard Pouy a reçu, en 2008, le Grand Prix de l’Humour Noir pour l’ensemble de son œuvre. Défenseur acharné du roman populaire (Prix Paul Féval 1996), il est à l’origine de la création, en 1995, de la série consacrée au personnage Gabriel Lecouvreur, dit Le Poulpe, aux éditions Baleine dont il est l’un des fondateurs. Adepte de l’Oulipo, il pratique assidûment l’écriture à contraintes ; il participe notamment à l’émission « Des Papous dans la tête » sur France Culture. Depuis 2006, il est directeur de collection Suite noire aux Éditions La Branche, qui se veut la digne héritière de la prestigieuse « Série noire » de Gallimard. En 2014, il a été filmé pour l’anthologie cinématographique Cinématon de Gérard Courant. Il est le numéro 2834 de la collection.

  • Ce que Daniel Telliez en pense : Nous voilà donc plongés dans un enchaînement de nouvelles qui se font écho, tel un jeu de ping-pong, comme l’annonce le titre.
    La prouesse et l’intérêt majeur de ce recueil réside bien entendu dans le procédé choisi par les deux auteurs pour le construire ensemble. Un duo parfait.  Les textes sont à la fois drôles et graves et mettent en perspective diverses tranches de vie. du tampax dans sa boîte attendant d’être utilisé, au sportif dopé qui succombe à une overdose, en passant par des supporters du PSG plus que limites ou encore une contrebasse qui passe de main en main. On se laisse embarquer en clandestins dans ces courtes histoires, ces tranches de vie qui nous happent dans une sorte de délice coupable. Une lecture inhabituelle mais vraiment très sympa !

 

Coups de fil

coups-de-fil

  • Le résumé de Daniel Telliez : Le téléphone sonne.

    Quand il apprend la mort de Dan, Stu, anéanti, se laisse submerger par ses souvenirs. L’amour qu’il éprouve pour son frère est profond, le deuil insurmontable. De coups de fil en coups de fil, comme s’il tirait au hasard les photographies d’une vieille caisse de souvenirs, Dixon reconstitue le puzzle de la relation complexe qui unit les deux frères.

    Coups de fil est l’oeuvre d’un maître au sommet de son art, tissant la trame d’une famille sur plusieurs générations, par des détours à la fois intimes et infimes qui mènent à l’universel.Dans le style inimitable de Stephen Dixon, mélange de prose à la simplicité trompeuse et d’humour pince-sans-rire, ce roman est le portrait d’un amour fraternel d’une beauté rare.

  • L’auteur : Stephen Dixon est né à New York en 1936. Romancier et nouvelliste de renom, consacré par la critique comme écrivain majeur, son talent a été récompensé par de nombreux et prestigieux prix littéraires et par sa nomination au National BookAward, la distinction la plus honorifique aux États-Unis. Ses romans ont été publiés en France aux éditions Balland.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : «Le téléphone sonne…»Ainsi débute Coups de fil, le douzième roman (paru en 2005 sous le titre Phone Rings) du prolifique Stephen Dixon qui, depuis Work (1977), en a publié quatorze, ainsi qu’une quantité impressionnante de nouvelles.

    Dixon a souvent utilisé comme point de départ à ses romans une péripétie dramatique qui détruit une famille, dont le passé se recompose à coups de flash-back, d’éclairs de mémoire. Coups de fil s’ouvre donc par une sonnerie téléphonique : Stu, enseignant sexagénaire, apprend la mort accidentelle de son frère aîné, Dan. Le lien qui unissait les deux frères était d’autant plus fort qu’ils étaient les seuls survivants d’une fratrie de quatre fils, tous plus ou moins écrivains, ou grands reporters. Stu se remémore les «coups de fil», parfois dramatiques, qui ont ponctué sa longue complicité avec Dan, et notamment l’annonce de la disparition des deux autres frères. Ainsi, au fil du rappel de sonneries passées, c’est tout une vie familiale qui se reconstitue, comme un puzzle en désordre, auquel toujours manqueront des pièces, qui aura toujours ses zones d’ombre.

    Lecture assez agréable. L’auteur parle avec justesse de ce qu’est une fratrie, et des liens qui perdurent, au-delà de tout. La construction est originale : le narrateur tente de reconstituer ce puzzle en se remémorant des échanges téléphoniques. J’ai cependant trouvé le tout un peu trop détaillé et surtout insipide. Il ne me laissera pas une trace indélébile.

 

 

ARNAQUES A HOLLYWOOD

Une enquête de Regan Reilly.

arnaque-a-hollywood

  • Le résumé de Daniel Telliez : Décidément, Regan Reilly ne reste jamais bien longtemps à l abri de nouvelles péripéties… Même lors d une virée shopping à West Hollywood ! Elle y tombe nez à nez avec Zelda, une amie connue il y a plusieurs années lors de la participation à un jeu télévisé, qui a soudainement hérité d’une grande fortune. Zelda n a pas tardé à découvrir que l’argent n’attire pas que des amis.
    Invitée aux somptueuses soirées dans la villa de Zelda, Regan se retrouve au premières loges des intrigues familiales et manigances d un entourage hollywoodien peu recommandable. Quand Zelda se fait empoisonner, c’est Regan qui mène l’ enquête… sans savoir qu elle-même est désormais en danger. Contre les escrocs prêts à tout pour extorquer l argent, elle décide de sortir les crocs.
  • L’auteur : Fille de Mary Higgins Clark, Carol Higgins Clark a travaillé pour le théâtre, le cinéma et la télévision. Après avoir été l’assistante éditoriale et la documentaliste de sa mère, elle décide de suivre ses traces et devient également écrivain.
    Spécialiste du supense avec une pointe d’humour, son héroïne est une détective de charme, Regan Reilly. Ses livres figurent désormais parmi les best-sellers américains.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Un policier très rapide à lire, amusant et léger. L’intrigue est bonne mais pas complexe, suspense modéré. Ca se lit rapidement, c’est une lecture pour l’été, les vacances, mais ce sera du vite lu, vite oublié !
    Je n’en garderais pas un grand souvenir.
    C’est un peu tiré par les cheveux, pas très crédible car tout se passe sur trois jours.

TRIBUNAL

Glaçant…

tribunal

  • Le résumé de Daniel Telliez : Marko Kovac, ancien chef d’une unité d’élite de l’armée serbe appelée « les Loups », est incarcéré à La Haye dans l’attente de son procès devant le tribunal pénal international. Il est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité perpétrés pendant la guerre en Bosnie. Au terme d’une longue enquête, Jasna Brandic, des forces spéciales internationales, a réussi à mettre la main en Albanie sur un témoin capital pour l’accusation. Le jour de l’audition tant attendue par les familles des victimes, rien ne se passe comme prévu. Malgré son découragement et au péril de sa vie, dans une ex-Yougoslavie loin d’être apaisée, Jasna décide de suivre une nouvelle piste pour apporter des preuves irréfutables devant le tribunal.
  • L’auteur : André Georgi est né en 1965 à Copenhague. Il a grandi à Berlin avant d’étudier l’allemand et la philosophie à Fribourg, Berlin et Vienne. Il est l’auteur de nombreux scénarios de séries policières pour la télévision et a également adapté des nouvelles pour le cinéma. Tribunal est son premier roman.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Un premier roman d’une effroyable efficacité, passionnant et glaçant. Pour condamner l’un des pires criminels de guerre encore en vie, Jasna Brandic, enquêtrice des forces spéciales internationales se retrouve confrontée à une décision impossible : faire confiance à un meurtrier de masse en cavale ou risquer de perdre un procès attendu par des milliers de victimes. La première partie est très prenante et nous fait directement rentrer dans l’histoire. L’auteur est également scénariste et ça se sent. Le début est très « visuel », avec un découpage en multiple petites scènes qui donne un rythme insensé. Tribunal expose avec brio les tenants et les aboutissants complexes de la justice internationale et soulève de nombreuses questions, éthiques, historiques, politiques. Un très bo thriller que je recommande.

LE PROCES VERBAL

Prix Renaudot

le-proc7s-verbal

  • Le résumé de Daniel Telliez : « Il y avait une petite fois, pendant la canicule, un type qui était assis devant une fenêtre ouverte ; c’était un garçon démesuré, un peu voûtê, et il s’appelait Adam ; Adam Pollo ». Ces lignes sont les premières du Procès verbal. Et le premier dessin du livre montre un type démesuré assis devant une fenêtre ouverte. Pourtant cet homme n’est pas Adam Pollo. C’est un étranger à la recherche de lui-même et du temps où le dessinateur a lu le livre. El où le livre parlait de lui. Ces deux « types » qui ne se connaissent pas vont marcher ensemble, démultipliés dans les tues de la ville. Dans des rues parallèles. Un texte, un dessin, une espèce de dialogue entre un écrivain et un dessinateur. Entre ces deux Adam qui sont le même.
  • L’auteur : J.M.G. Le Clézio est né à Nice le 13 avril 1940. Il est originaire d’une famille de Bretagne émigrée à l’île Maurice au XVIIe siècle. Il a poursuivi des études au collège littéraire universitaire de Nice et est docteur ès lettres. Malgré de nombreux voyages, J. M. G. Le Clézio n’a jamais cessé d’écrire depuis l’âge de sept ou huit ans : poèmes, contes, récits, nouvelles, dont aucun n’avait été publié avant « Le Procès-verbal », son premier roman paru en septembre 1963 et qui obtint le prix Renaudot. Influencée par ses origines familiales mêlées, par ses voyages et par son goût marqué pour les cultures amérindiennes, son œuvre compte une cinquantaine d’ouvrages. En 1980, il a reçu le grand prix Paul-Morand décerné par l’Académie française pour son roman « Désert ». En 2008, l’Académie suédoise a attribué à J. M. G. Le Clézio le prix Nobel de littérature, célébrant « l’écrivain de la rupture, de l’aventure poétique et de l’extase sensuelle, l’explorateur d’une humanité au-delà et en dessous de la civilisation régnante ».
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Un livre pour l’époque audacieux et original. Procès verbal est vraiment déroutant. L’auteur joue avec le lecteur, il barre des mots, ne termine pas certaines phrases, invente des articles de journaux, rajoute de la ponctuation inutilement, c’est étonnant. On peut considérer ce roman comme une œuvre de jeunesse. J’y ai senti quelques longueurs induisant un certain ennui à la lecture. Le livre se présente  comme une succession de tableaux, mettant en scène les divagations -errances physiques et intellectuelles- d’Adam Pollo. On avance dans la lecture sans savoir vraiment où elle nous mène. Déroutant !