SANS FIL, COMEDIE TELEPHONIQUE ET DIGITALE

sans-fil

  • Le résumé de Daniel Telliez : Quatre protagonistes en pleine crise. Sara, récemment quittée, et sa fille Rosa règlent leurs comptes avec cet homme absent. Claudia, femme autoritaire, a substitué le travail à l’amour en assujettissant l’existence de Jan. Ces quatre destins vont se croiser à l’aéroport, cible d’un attentat terroriste. Si le sujet est grave, Sergi Belbel le traite sur le mode de la comédie. Par téléphones portables interposés, la communication est cahotante, les relations évoluent vite : on se parle ou on tente de le faire, en direct ou par messages, l’écran du mobile montre autant qu’il cache. Quoi de plus pratique qu’un sans-fil pour braver les non-dits et faire tomber les masques ? Avec cette  » comédie téléphonique et digitale « , l’auteur de Après la pluie propose une nouvelle pièce brillante où des situations du quotidien, en apparence anodines, révèlent le grotesque et la gravité des relations humaines.
  • L’auteur : Sergi Belbel est un dramaturge espagnol né le 29 mai 1963 à Terrassa en Catalogne. Il devient vraiment connu avec la pièce Caresses en 1992. Une année plus tard il écrit Après la pluie. En Février 2001, le Théâtre des Capucins créait  » Après la Pluie ». En 1994 il écrit Morir. De cette pièce est tirée le film de Ventura Pons Morir (o no), en 2000. Depuis 2006, Sergi Belbel est directeur du Théâtre National Catalan à Barcelone, mais surtout un auteur prolixe dont les pièces se jouent ici et là dans toute l’Europe.
  • Ce que Daniel Telliez en pense :

Extrait : CLAUDIA : Il faut que tu me jettes un coup d’oeil sur les portables dernière génération, ceux qui ne sont pas encore sur le marché. Le mien, c’est une vraie merde. Tu me l’as donné il y a trois mois et il est déjà dépassé. Il y a des tas de choses que mes amies peuvent faire avec les leurs et moi non. IMAGINE UN PEU LA HONTE ! Je ne peux pas me balader avec un machin pareil, tu comprends ça ? J’ai des amies quelconques et pourtant elles ont des téléphones bien meilleures que le mien, et ça, c’est INADMISSIBLE. Bref, tu sais ce qu’il te reste à faire, hein ? Tu m’entends ou pas ? !

Le téléphone, toujours et encore le téléphone, dans cette pièce tout passe par lui et rien ne lui échappe, enfin… presque. Les personnages s’y accrochent comme à une bouée dans un monde qui part à la dérive. le sous-titre de la pièce est assez trompeur, parce qu’il y a peu d’éléments qui prêtent à sourire, ne parlons même pas de rire. Les personnages évoluent dans un espace en transit ou seul ne compte que le déplacement, la circulation : bref, un aéroport international. Dans cette espèce de non-lieu, les personnages sont comme suspendus, l’environnement dans lequel ils évoluent leur est étranger. Tous les quatre n’ont que le smartphone pour exprimer leur désarroi, en parlant parfois à un interlocuteur et souvent à un serveur vocal, en écrivant ou photographiant. Pourtant des relations charnelles existent entre eux : mère/fille et fils/mère. le rythme de la pièce est nerveux plein de télescopages et de syncopes, les erreurs d’interprétations sont nombreuses entraînant une communication sur le mode paranoïaque. Le fil narratif de la pièce est difficile à suivre, car il est fait d’arrêts, de reprises, de superpositions, qui ne sont pas uniquement rendu par le jeu des répliques mais aussi par des indications scéniques nombreuses et fournies. En tout cas, le pari est intéressant : utiliser le grigri technologique emblématique de notre société comme moteur d’une action dramatique. A lire

Trouver une victime

trouver-une-victime

  • Le résumé de Daniel Telliez : Las Cruces n’avait rien d’une destination touristique. Mais après avoir ramassé sur le bord de la route un auto-stoppeur en sang, qui ne tarde part à mourir, Lew Archer se retrouve coincé là, à attendre l’ouverture de l’enquête. La victime, un employé d’une société de transport appartenant au notable local, s’est fait dérober un camion et sa cargaison d’alcool. Se proposant de remettre la main sur le tout, Archer se lance à la poursuite de la fille du propriétaire, que certains n’hésitent pas à accuser de complicité dans cet étrange vol.
    Dans cette nouvelle enquête, Archer devra naviguer entre arnaques et intrigues conjugales afin de de démêler les fils d’un mystère dans lequel tout le monde est suspect et dont chacun est victime.
  • L’auteur : Kenneth Millar, dit Ross Macdonald, est un écrivain canadien et américain de romans policiers. Il est célèbre pour ses romans dans lesquels figure le détective privé Lew Archer.Il commença sa carrière d’écrivain en adressant des récits aux pulp magazines . C’est pendant ses études à l’Université du Michigan, qu’il acheva son roman The Dark Tunnel, en 1944. Il écrivait alors sous le nom de John Macdonald, pour éviter toute confusion avec sa femme qui écrivait, avec succès, sous le nom de Margaret Millar. Il devint alors John Ross Macdonald, qu’il transforma rapidement en Ross Macdonald, pour cause d’homonymie avec John D. MacDonald. En 1944-46 il est officier chargé de transmissions sur un navire, puis retourne à l’université et en sort diplômé (PhD) en 1951. C’est en 1946 dans la nouvelle Find the Woman que le détective Lew Archer fait sa première apparition. Puis vient le tour du roman The Moving Target, en 1949. En 1964, The Chill (Le Frisson) et The Far Side of the dollar (L’Autre Face du dollar) ont été couronnés par The Crime Writers Association de Grande-Bretagne. The Moving Target (La Cible mouvante) a inspiré le scénario de Harper, film tourné en 1966. Ross Macdonald a été président de l’Association des auteurs de romans policiers de son pays (Mystery Writers of America).
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Le livre date de 1954, il n’en dégage pas moins de grandes qualités, ici la psychologie des personnages est soignée, le rythme est soutenu sans être débridé, et les progrès de la science de l’époque évitent de noyer le lecteur sous des pages et des pages de descriptions de scènes de meurtre. L’auteur utilise un langage imagé ou lyrique durant les scènes de transition, ou bien trouve de jolies formules. Tout respire le vieux polar des pionniers du genre dans trouver une victime. Un roman noir qui nous entraîne dans une spirale de retournements, rebondissements et faux-semblants.Une intrigue bien ficelée qui ravira les amateurs de roman noir.

Nuage de cendre

nuage-de-cendre

  • Le résumé de Daniel Telliez : À la fin du XVIIIe siècle l’Islande connait une terrible famine, à la suite de changements climatiques, en 1783, des éruptions volcaniques apocalyptiques recouvrent le territoire de cendre et détruisent les récoltes. C’est sur cette toile de fond que deux représentants de l’autorité coloniale danoise vont s’affronter dans un conflit que devra juger l’assemblée populaire traditionnelle. À partir d’un fait divers historique, l’auteur construit une ambiance et des personnages fascinants. La rivalité des deux hommes va se cristalliser autour de deux personnages, Sunnefa et son frère Jon, coupables d’inceste et victimes de la société traditionnelle luthérienne. Le Choeur varié qui commente la tragédie permet une grande diversité de points de vue, voix, lettres et journaux des protagonistes font lentement progresser le mystère autour du crime central. Comme toujours dans les romans de Cooper la nature est un personnage à part entière, les glaciers, les déserts et les torrents intensifient les sentiments et les haines qui se développent ici.
  • L’auteur : Dominic Cooper est un écrivain écossais né dans la région d’Argyll, et il y réside encore aujourd’hui.Il est l’auteur de trois romans accueillis favorablement par le public et la critique. Le Cœur de l’hiver, son premier ouvrage, est publié en 1975 et reçoit le Somerset Maugham Award, prestigieuse distinction littéraire britannique. Son deuxième livre, Sunrise, est publié en 1976, suivit de Men at Axlir en 1978.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Autant le dire tout de suite, j’ai du m’accrocher à ce roman, un brin perdu dans un récit qui sans être confus est pour le moins touffu. Le roman ne comportent que 236 pages mais je ne suis parvenu à le lire qu’à petite dose tant l’atmosphère est pesante et étouffante.Le récit se déroule sur plusieurs années, au cours desquelles le frère et la sœur vont être séparés, en attente d’un jugement, risquant la peine de mort.  Le récit va dès lors croiser les points de vue. A partir d’un fait divers, Dominic Cooper essaie d’imaginer ce qui a pu motiver les protagonistes ainsi que la réaction des habitants. Reste l’écriture magistrale de Dominic Cooper qui fait que ce livre vaut quand même le détour, même si sa lecture n’est pas toujours de tout repos. Si vous aimez les romans sur les secrets de famille, les rancunes et vengeances et que vous aimez vous perdre dans les recoins glacés de l’Islande, ce livre vous intéressera, même si vous souffrez un peu devant tant de noms imprononçables.

PING PONG

ping-pong

  • Le résumé de Daniel Telliez : Existe-t-il un lien entre un tampax qui attend don heure au fond d’une boîte, un névrosé en proie à des convulsions meurtrières lorsque sa voisine se méprend sur la paternité du célébrissime Kind of Blue de Miles , ou encore un sans-papiers congolais qui fonce vers la mort, des diams plein les poches? A priori, non. Mais ce serait sans compter avec l’imagination de Marc Viallard et de Jean-Bernard Pouy, qui conjuguent leur verve et leur talent dans ce recueil où les textes s’enchaînent selon le principe du « cadavre exquis ». Réuni pour la première fois dans un livre, le duo nous conte la violence et le tragique de ce monde à coups d’ironie grinçante et d’humour décapant.
  • Les auteurs :

Marc Villard a plus d’une corde à son arc: en plus d’être écrivain, il est également concepteur graphique, scénariste et dialoguiste pour le cinéma et la télévision. Il débute en littérature en 1971 avec un recueil de poèmes intitulé « L’ Amer ». Il anime par la suite plusieurs revues avec des amis poètes comme Darnaudet, Messac et Labarrière. En 1981, il publie alternativement un roman noir, « Légitime démence », un premier recueil de nouvelles, « Nés pour perdre » et un scénario, « Neige ». Il va s’affirmer comme l’un des meilleurs nouvellistes de sa génération avec trois cents nouvelles écrites. Après plusieurs textes remarqués par leur noirceur, il entre à la « Série noire » en 1984 avec « Ballon mort ». Il a collaboré pendant dix ans au Monde de la musique et a écrit des films pour Cyril Collard, Brigitte Roüan et Juliet Berto. Dans ses nouvelles, ses héros sont presque toujours des victimes de la société qui finissent tragiquement. Depuis plusieurs années, il propose des lectures de ses textes accompagné par des musiciens de jazz: Pierrick Pedron, Eric Le Cardinal, Bernard Lubat, Dominique Delahaye.

Auteur incontournable du roman noir français, inventif et prolifique, Jean-Bernard Pouy a reçu, en 2008, le Grand Prix de l’Humour Noir pour l’ensemble de son œuvre. Défenseur acharné du roman populaire (Prix Paul Féval 1996), il est à l’origine de la création, en 1995, de la série consacrée au personnage Gabriel Lecouvreur, dit Le Poulpe, aux éditions Baleine dont il est l’un des fondateurs. Adepte de l’Oulipo, il pratique assidûment l’écriture à contraintes ; il participe notamment à l’émission « Des Papous dans la tête » sur France Culture. Depuis 2006, il est directeur de collection Suite noire aux Éditions La Branche, qui se veut la digne héritière de la prestigieuse « Série noire » de Gallimard. En 2014, il a été filmé pour l’anthologie cinématographique Cinématon de Gérard Courant. Il est le numéro 2834 de la collection.

  • Ce que Daniel Telliez en pense : Nous voilà donc plongés dans un enchaînement de nouvelles qui se font écho, tel un jeu de ping-pong, comme l’annonce le titre.
    La prouesse et l’intérêt majeur de ce recueil réside bien entendu dans le procédé choisi par les deux auteurs pour le construire ensemble. Un duo parfait.  Les textes sont à la fois drôles et graves et mettent en perspective diverses tranches de vie. du tampax dans sa boîte attendant d’être utilisé, au sportif dopé qui succombe à une overdose, en passant par des supporters du PSG plus que limites ou encore une contrebasse qui passe de main en main. On se laisse embarquer en clandestins dans ces courtes histoires, ces tranches de vie qui nous happent dans une sorte de délice coupable. Une lecture inhabituelle mais vraiment très sympa !

 

L’honorable société

Un roman inclassable.

lhonorable-societe

  • Le résumé de Daniel Telliez : À la veille de l’élection présidentielle, des cambrioleurs dérobent l’ordinateur de Benoît Soubise, responsable de la sécurité au Commissariat de l’énergie atomique. Les choses tournent mal, Soubise est tué. Mais une webcam a filmé toute la scène… Le commandant Pâris de la Brigade criminelle se lance sur la piste d’un groupuscule «écoterroriste», tandis qu’en haut lieu on le presse – un peu trop – de conclure son enquête. Prenez un homicide, par exemple celui d’un employé du Commissariat à l’énergie atomique et quel employé !, ajoutez un groupuscule éco-terroriste, des agents troubles, une femme trahie, un père inquiet pour sa fille unique, des policiers du Quai des Orfèvres, une grande patronne, des journalistes, des politiciens en campagne – tout cela se passe entre les deux tours de l’élection présidentielle.

    L’avenir stratégique et financier de l’industrie nucléaire française, Dominique Manotti et DOA, et vous obtenez une véritable affaire d’état… Ou presque. Comme toujours, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est évidemment fortuite.

  • Les auteurs : Dominique Manotti a enseigné l’histoire économique contemporaine. Elle a reçu en 2010 le Trophée 813 pour Bien connu des services de police. DOA (Dead On Arrival) est romancier et scénariste, auteur à la Série Noire de Citoyens clandestins (Grand Prix de littérature policière 2007), du Serpent aux mille coupures et de Pukhtu, primo.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : Un polar français de belle facture écris à quatre mains. L’histoire est réaliste, bien amenée et nous emmène faire un tour dans les arcanes du pouvoir. Politique ? Economique ? La frontière entre les deux est loin d’être nette. Sans parler du pouvoir judiciaire, intimement lié aux deux autres également. Un travail intéressant et intelligent de deux auteurs talentueux. Les petites histoires qui viennent construire la grande sont plus que réalistes, certaines ayant des relents d’une actualité pas si lointaine que ça…Magouilles, arnaques, corruption, lutte de pouvoirs, malversation, abus de biens sociaux, délits d’initiés, mensonges, duperies, meurtres… Toute ressemblance avec des personnages réels ne peut être que fortuite ! La vérité dépasse malheureusement bien souvent la fiction. Je le recommande vivement.

 

 

 

 

La société des jeunes pianistes

La société des jeunes pianistes de Ketil Bjornstad. Un roman initiatique sur l’univers feutré, brillant et terrible de jeunes pianistes prodiges, concocté par Ketil Bjørnstad, ancien lauréat du concours des Jeunes Pianistes à 14 ans.

41iHnz2jJVL._SX307_BO1,204,203,200_

  • Le résumé de Daniel Telliez : La Société des Jeunes Pianistes », c’est le nom que se sont donné un groupe d’adolescents passionnées, à Oslo, à la fin des années soixante. A la fois amis et rivaux, ils ont en commun l’amour de la musique ; pourtant, un seul remportera les concours du Jeune Maestro. Tous vont subir une terrible pression de leur entourage, mais surtout d’eux-mêmes. La « Société des Jeunes Pianistes » est un roman initiatique, un concert émouvant, une mélodie grave et subtile sur le désir, la vie et la mort.
  • Ce que Daniel Telliez en pense : L’auteur du roman est lui-même pianiste et a gagné étant adolescent un grand concours à Oslo, il avait 14 ans … Son héros, Aksel, est un être sensible, très introspectif, et dont l’adolescence est faite de drames, de misère familiale, mais aussi de petits bonheurs avec la « Société des Jeunes Pianistes » à laquelle il appartient au côté d’autres jeunes, également apprentis pianistes talentueux. Un roman qui se lit bien où se mêlent musique ,adolescence passage à l’âge adulte avec ses souffrances ,ses rêves et ses premiers émois. Je le recommande !